Grippe A/H1N1: 909 réactions allergiques aux vaccins



vaccinDans un communiqué de presse l’Agence Française de Sécurité Sanitaire des produits de santé indique avoir eu avoir eu connaissance de 909 signalements d’effets indésirables survenus chez des personnes ayant décidé de se faire vacciner contre le virus H1N1 entre le 21 octobre et le 6 décembre. Dans le détail ont été recensés 881 signalements d’effets indésirables au vaccin avec adjuvant Pandermix et 28 au vaccin sans adjuvant Panenza.

A propos du vaccin Pandermix, la majorité des cas rapportés (97%) a été d’intensité bénigne à modérée. Le système de pharmacovigilance a enregistré 781 signalements d’effets indésirables non graves correspondant à un total de 2187 réactions indésirables survenus dans les heures suivant la vaccination.

Parmi les cas recensés 28 nouveaux cas ont été jugés médicalement significatifs depuis la précédent bulletin. Ces cas ont nécessité une surveillance particulièrement mais leur évolution a été favorable. Il s’agit de réactions indésirables dont l’intensité a entrainé une gêne fonctionnelle et/ou une incapacité temporaire telles que syndromes grippaux, douleurs au site d’injection, fourmillements des extrémités, fièvre, crise comitiale, sensations vertigineuses, douleurs articulaires, élévations transitoires de la pression sanguine artérielle, une paralysie faciale, une éruption cutanée et un zona.

Egalement recensés 13 nouveaux cas graves depuis le précédent bulletin qui concernent :

Chez l’adulte :

  • 2 cas de paresthésies (fourmillement au niveau des membres) sans autre anomalie neurologique et spontanément résolutives ;
  • 2 cas de syndromes grippaux (dont un avec une pneumopathie fébrile en rapport avec une surinfection bactérienne) ;
  • 1 poussée hypertensive compliquée d’hémorragie cérébrale chez un patient aux lourds antécédents cardiovasculaires traité par antivitamines K ;
  • 1 paralysie faciale ;
  • 1 suspicion de méningite aseptique.
  • Des examens complémentaires sont en cours sur les trois derniers cas mentionnés ci-dessus.

    Chez l’enfant :

  • 2 cas de convulsions fébriles (chez un enfant de 2 ans et un autre de 2 ans et demi qui avait présenté un tableau identique lors de précédentes vaccinations DT Polio) ;
  • 2 cas de fièvre à 39°C (dont l’un avec réaction locale au site d’injection chez un enfant de 4 ans, qui a disparu en 48 heures, et l’autre chez un enfant de 12 ans, vraisemblablement plus en rapport avec une grippe intercurrente qu’avec le vaccin) ;
  • 1 choc anaphylactique chez une adolescente de 14 ans, sans antécédent particulier. L’évolution a été favorable après prise en charge adaptée.
  • 1 cas de paraplégie (paralysie des membres inférieurs) rapporté chez un jeune adolescent quelques heures après sa vaccination. Des investigations sont en cours pour déterminer l’origine du cas, pour lequel diverses hypothèses sont envisageables.
  • En ce qui concerne le vaccin sans adjugant Pandermix (début de la vaccination le 20 Novembre 2009), l’Afssaps indique avoir eu connaissance de 28 signalements d’effets indésirables dont 22 considérés comme non graves (douleurs musculaires localisées, fourmillements des extrémités chez une femme enceinte, bourdonnements d’oreille, diarrhées, céphalées, fièvre, fatigue). Deux observations ont été jugées médicalement significatives (une urticaire généralisée et une infection pulmonaire d’évolution favorable sous traitement adapté).

    Parmi ces 28 cas 4 « cas graves » dont 3 nouveaux depuis le précédent bulletin

    Chez l’adulte :

  • 1 cas de réaction allergique chez un patient allergique aux protéines d’oeufs (erreur de prescription) d’évolution favorable sous traitement symptomatique.Chez l’enfant :
  • 1 urticaire géante chez un enfant de 6 ans pris en charge par corticoïdes ;
  • 1 cas de vomissement chez un prématuré de 11 mois, allaité et dont l’évolution a été favorable.

    L’Afssaps précise que ces 909 réactions allergiques aux vaccins ne remettent pas en cause la balance bénéfice-risque des vaccins grippaux PANDEMRIX et PANENZA.Dans son communiqué l’Afssaps précise aussi que la plupart des cas déclarés au système de pharmacovigilance correspondent à des effets attendus de ce vaccin qui ne remettent pas en cause la balance bénéfice-risque du vaccin Pandemrix et rappelle que tout évènement indésirable observé après l’administration du vaccin peut être lié à une autre cause (antécédents, affections en cours chez le patient). Par conséquent, l’analyse de la causalité nécessite d’avoir toutes les informations disponibles afin de permettre d’évaluer le rôle propre du vaccin lui même.

  • 5 commentaires

    • Pas de surprise !
      Lorsqu’on lit la notice qui précède la vaccination , on trouve déjà ces informations.
      De nos jours c’est —l’égoïsme —qui prévaut.On veut bien que le voisin vous protègeen se faisant vacciner, mais on ne fait pas grand chose pour les autres.(c’est la même chose qu’on attend de l’Etat)
      De nombreux vaccins sont suivis de réactions vaccinales.
      Je me souviens du DT TAB qui engourdissait l’épaule et me donnait une fièvre carabinée.Cétait en 1955/56.
      j’ai sans doute évité les risques liés à la vie dans les pays où je séjournais.
      Internet véhicule beaucoup de messages anxiogènes qui ne sont pas vérifiables.,Surtout dans un domaine aussi technique et scientifique que la médecine.
      Si cette vaccination a sauvé UNE seule VIE , elle est un succès.
      Que chacun s’informe sérieusement ,se méfie d’Internet,et prenne sa décision en conscience.
      Mais si un seul membre de son entourage venait à décéder de cette grippe ,il ne s’en prenne qu’à lui-même
      de ne pas l’avoir protégé ou fait vacciner.
      C’est comme de ne pas s’ assurer que la voiture qu’on offre à son fils est en état de rouler .

    • Cette grippe est parmi les plus bénignes dans les annales !!!

      AP, 11/12/2009

      – (…) Les chercheurs américains sont arrivés cette semaine à la même conclusion, cette grippe est parmi les plus bénignes dans les annales. Elle tue moins en moyenne que la grippe saisonnière, aux Etats-Unis.(…)

      L’Organisation mondiale de la Santé elle-même, avait qualifié la grippe de modérée en mettant en garde contre sa diffusion, en juin dernier. La plupart des gens n’ont qu’un symptôme, la toux ou un peu de fièvre, et guérissent sans intervention médicale.

      Les experts sont divisé sur l’usage massif du Tamiflu en Grande-Bretagne, contraire aux directives de l’OMS qui conseille de le réserver aux patients à risque comme les femmes enceintes. Certains s’inquiètent de son emploi alors qu’il provoque des effets secondaires tels que des insomnies, des cauchemars et des nausées. AP

      http://fr.news.yahoo.com/3/20091211/twl-gb-grippe-a-h1n1-1be00ca.html

      – La faible virulence du H1N1 était connue dès août 2009, et même expliquée.

      http://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/la-faible-virulence-du-h1n1-etait-66063

      – (…) Moins de 30 % des professionnels de santé vaccinés contre la grippe A(H1N1) en France (…)

      Ces professionnels douteraient-ils de cette protection ? Ce serait très grave car on inciterait le public à subir un acte médical dont les personnes chargées de l´accomplir douteraient elles-mêmes de l´efficacité. Nous savons d´ailleurs que c´est le cas puisqu´étonnament il n´existe pas d´étude scientifique démontrant cette efficacité pour les vaccins contre la grippe. Et qu´en revanche une méta-étude (une étude d´études sur le sujet), réalisée par le collectif américain Cochrane, a clairement établi sa très faible utilité. Les médecins connaissent bien cette absence de preuve et cette référence négative. On est dans le : « Faites ce que je dis ; ne faites pas ce que je fais ». (…)

      http://www.carevox.fr/medicaments-soins/article/vaccin-grippe-a-les-professionnels

    • Je pense que les pouvoirs politique et les médias ont leur part de responsabilité dans cet outil d’occupation d’esprit car je le considère comme tel. quand on pense grippe A on oublie, crise, chomage….

    • Ce qui est proprement miraculeux, c’est que sur 1500000 personnes vaccinées en France avec le Pandemrix, aucune ne soit décédée dans les heures suivant la vaccination, selon l’Afsapps.

      Ailleurs en Europe, sur 5,7 millions de personnes vaccinées, on déplore 55 décès dans les heures suivant la vaccination avec le Pandemrix, selon l’EMEA (l’agence européenne chargée des autorisations et de la pharmacovigilance).

      Faut-il désormais, Roselyne, élargir son AMM, et le prescrire aussi comme soin anti-âge ? Ou faut-il s’inquiéter pour la pharmacovigilance à la française ?

    • en algerie ; cé la cata en matiere de grippe.on fait meme pas la difference entre gri saisonniere et porcine.pas de bandellette .pas de tamif.lu.pour lavoir il faudrait passer par plusieurs signatures . cé la pshycose.mon avis personnel et en tant que professionnel de santé, cé 1 gripe banal.il faut bien manger ; se rechauffer ;etre propre et tout rentre dans l .ordre

    Laisser un commentaire