Prothèses bioniques : le pari fou des scientifiques



Image« Prothèses bioniques : le pari fou des scientifiques » par le Docteur Erard de Hemricourt. Vous pensiez que les progrès informatiques ne bénéficiaient qu’aux ordinateurs et autres consoles de jeu ? Détrompez-vous. Les progrès constants de la technologie associés aux avancées en biologie, neuroscience et en robotique vont également bénéficier à moyen terme à certaines personnes. Il y a quelques semaines, les résultats encourageants de la première prothèse neurosensorielle implantée chez un patient suédois ont été révélés. Il ne s’agit pour l’instant que d’un prototype certes, mais très prometteur.

Le projet SMARTHAND, subventionné par une aide de l’Union Européenne et qui associe plusieurs pays comme l’Italie, la Suède, Israël, le Danemark, l’Irlande et l’Islande est à la base, un projet un peu fou consistant à développer une main artificielle robotisée obéissant directement à la pensée humaine et capable de ressentir les sensations comme le ferait une vraie main humaine. Autrement dit, cette main robotisée, artificielle, peut non seulement répondre aux ordres du cerveau à l’instar d’une main normale mais en plus est capable de ressentir le contact et la consistance des objets touchés et de transmettre cette information directement au porteur de la prothèse.

Pour arriver à ce prodige, il aura fallu des années de travail acharné, des millions d’euros et surtout le développement des techniques de robotique et d’informatique. Cette prothèse bionique possède 4 moteurs ainsi que 40 senseurs placés dans les extrémités des doigts censés évaluer directement une série de paramètres lors du contact avec les objets saisis. Ces informations sont ensuite véhiculées directement dans des micropuces implantées dans le moignon du bras ou de l’avant-bras amputé et qui sont directement connectées aux extrémités nerveuses spécifiquement sélectionnées. C’est justement au travers de cette interface neuronale que l’individu porteur de la Smarthand sera capable de ressentir directement les objets palpés. C’est aussi via ces synapses bioniques que le cerveau pourra commander et diriger le fonctionnement de la prothèse comme il le ferait pour une main normale.

Pour l’instant, cette main bionique est à l’état de prototype mais déjà, d’autres compagnies européennes ou américaines, qu’elles soient privées comme la firme Touch Bionics ou encore publiques comme le service de recherche du ministère de la Défense américaine (DARPA) sont au coude à coude pour parvenir rapidement au développement de prothèses (main, pied,…) plus perfectionnées sur le plan de la souplesse, de la sensibilité, de la force et surtout du réalisme humain.

 Image2

Pour ceux qui voudraient en savoir plus, regardez cette vidéo…

Laisser un commentaire