L’allaitement maternel recommandé



allaitement-maternel

Alors que s’ouvre aujourd’hui la semaine mondiale de l’allaitement maternel, une semaine coordonée en France par la COFAM (Coordination Française pour l’Allaitement maternel) intéressons à nous ce que pensent les sages de notre prestigieuse Académie de médecine sur l’allaitement maternel.

Dans un récent rapport publié au printemps dernier, l’Académie de Médecine précise que l’allaitement maternel doit être recommandé en première intention chez le nouveau né puis le nourrisson.

Plusieurs études épidémiologiques sont en effet en faveur d’un effet protecteur de l’allaitement maternel sur les infections digestives ou respiratoires dans la première enfance, sur des manifestations allergiques sous réserve qu’il soit exclusif et prolongé au moins de 4 mois et enfin sur l’apparition d’obésité, de diabète de type 1 chez l’enfant et de maladies cardio-vasculaires chez l’adulte.

Les contre indications de l’allaitement maternel sont exceptionnelles. En cas de refus ou d’impossibilité d’allaitement, les formules pour nourrisson à base de lait de vache dont la composition est régie par des recommandations et des directives européennes et françaises, doivent être données jusqu’à l’âge de 1 an. Le lait de vache entier ou demi écrémé ne doit jamais être utilisé avant l’âge de 1 an. Les laits hypoallergéniques ou formules de soja n’ont pas leur place dans l’alimentation du nourrisson normal. La diversification alimentaire doit débuter après l’âge de 5 mois.

Les vertus de l’allaitement maternel n’étant plus à démontrer, les sages se prononçaient même en faveur d’un allongement du congé maternité pour les femmes qui allaitent.

Une idée qui n’a pas trouvé écho pour l’instant auprès de nos gouvernants européens.

Laisser un commentaire